Culture

Publié le

jsgagqsjfgqjsfgqsjfgqsfgqjgf

Faut-il que le cardinal Sarah ait souffert des accusations proférées à l’occasion de la publication de Des profondeurs de nos cœurs avec le Pape émérite, pour s’exprimer si vigoureusement ? « Comme l’a dit Benoît XVI, ’’Pourquoi la pédophilie a-t-elle atteint de telles proportions ? En dernière analyse, la raison est l’absence de Dieu. Ce n’est que lorsque la foi ne détermine plus les actions de l’homme que de tels crimes sont possibles.’’ Les prêtres ont été formés sans leur enseigner que Dieu est le seul point d’appui de leur vie, sans leur faire expérimenter que leur vie n’a de sens qu’à travers Dieu et pour lui. Privés de Dieu, ils n’ont plus que le pouvoir. [...]

 

Aujourd’hui, certains voudraient [...] relativiser le célibat des prêtres. Ce serait une catastrophe ! Car le célibat est la manifestation la plus évidente que le prêtre appartient au Christ et qu’il ne s’appartient plus à lui-même. Le célibat est le signe d’une vie qui n’a de sens que par Dieu et pour lui. Vouloir ordonner des hommes mariés, c’est laisser entendre que la vie sacerdotale n’est pas à plein temps, qu’elle ne requiert pas un don complet, [...] qu’elle laisse du temps libre pour une vie privée. Mais c’est faux. Un prêtre reste un prêtre à tout moment. L’ordination sacerdotale n’est pas d’abord un engagement généreux, c’est une consécration de tout notre être, une conformation indélébile de notre âme au Christ, le prêtre, qui exige de nous une conversion permanente pour lui correspondre.

 

[...] Benoît XVI n’a jamais cessé de souligner l’importance du célibat sacerdotal pour toute l’Église : ’’Si nous séparons le célibat du sacerdoce, nous ne verrons plus le caractère charismatique du sacerdoce. Nous ne verrons plus qu’une fonction que l’institution elle-même assure pour sa propre sécurité et ses propres besoins. Si nous voulons considérer le sacerdoce sous cet angle… l’Église n’est plus comprise que comme une simple institution humaine.’’ Mais ils voulaient museler Benoît XVI. Je dois avouer ma révolte face aux calomnies, à la violence et à la grossièreté dont il a fait l’objet. Benoît XVI voulait parler au monde, mais ils ont essayé de discréditer ses paroles. Je sais qu’il assume avec détermination tout ce qui est écrit dans ce livre, et je sais qu’il se réjouit de sa publication. Il voulait écrire et exprimer publiquement cette joie, mais ils voudraient l’empêcher de l’exprimer. [...] Je préfère ne pas m’attarder sur ces machinations sordides, dont les responsables rendront un jour compte devant Dieu. »

 

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Mars 2020 : pour un carême d'amour et de répa...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers